FORUM INTERNATIONAL DES FONDS SOUVERAINS A MARRAKECH

Depuis 2009, les actifs sous gestions des fonds souverains africains ont augmenté de 39% pour atteindre 159 Mds de dollars en 2015.

 

Le Royaume du Maroc a accueilli le Forum International des Fonds Souverains dont la dixième édition s’est tenue à̀ Marrakech du 18 au 21 septembre 2018. C’est la première fois que cet évènement se déroule en Afrique. Chaque année, il réunit les plus grands fonds souverains membres de l’International Forum of Sovereign Wealth Funds (IFSWF). Ce réseau mondial compte 32 fonds souverains qui gèrent environ 80% des actifs souverains de la planète. Depuis 2009, les actifs sous gestion des fonds souverains africains ont augmenté de 39% pour atteindre 159 Mds de dollars en 2015.

 

Organisée par l’IFSWF et le fonds souverain Ithmar Capital, la rencontre a convié plus de 200 participants,notamment de la République Populaire de Chine (China Investment Corporation), de l’Alaska (Alaska Permanent Fund), de l’État du Qatar ( Qatar Investment Authority), d’Australie (Future Fund),…Principalement des présidents et directeurs généraux des institutions financières les plus importantes, rassemblés autour du thème : « Gouvernance, investissement et innovation dans un monde en évolution ».

 

Au cours des trois jours de discussions, plusieurs thèmes ont été abordés et le dernier jour a étéconsacré en partie à̀ l’Afrique sous le thème : « L’Afrique nouvelle : développer des opportunités sur le continent ». Dans ce contexte, le continent est actuellement la région du monde la plus dynamique en termes de création de fonds souverains.

www.eurodefis.com

LA CHAMBRE FRANCAISE MET EN PLACE LE CLUB BUSINESS ANGELS

Créé dans la lignée du Kluster CFCIM, le Club des Business Angels (BA) de la CFCIM regroupe aujourd’hui une dizaine de dirigeants d’entreprises de renom. Cette initiative a pour objectif d’encourager les interactions constructives entre des investisseurs providentiels et entre autres les 25 startups sélectionnées dans le cadre du programme d’incubation de la chambre française.

 

Le but est d’instituer un espace de rencontre privilégié rassemblant BA et startupeurs au sein d’un même cercle pour trouver une solution à la problématique de financement qui handicape fortement les porteurs de projets innovants.

Concrètement, les BA réalisent des investissements à hauteur de 500.000 dirhams par paliers de 50.000 à 100 .000 dirhams suivant les projets, ce qui permet de réunir des tours de table pouvant atteindre 5 millions de dirhams.

 

L’objectif n’est pas uniquement de mettre de l’argent dans l’entreprise, mais aussi apporter aux porteurs de projets toutes les connaissances d’entrepreneur et le know-how acquis depuis plusieurs décennies.

La complémentarité de cette démarche est cohérente avec la profonde conviction qui anime les organisateurs du Kluster CFCIM, à savoir que la richesse de l’accompagnement des talents ne peut se passer d’un état d’esprit fondé sur la disponibilité et la bienveillance des investisseurs.

Le premier pitch est prévu début octobre prochain, mais les membres du Club des Business Angels de la CFCIM envisagent d’ores et déjà d’ouvrir leurs portes aux autres acteurs du marché qui souhaiteraient présenter leurs jeunes pousses incubées.

www.eurodefis.com

LA SPOLIATION DES BIENS IMMOBILIERS : LES NOUVELLES MESURES ENTREPRISES CONTRE CE PHENOMENE SONT-ILS EFFICACES ?

Le phénomène de  qui a fait couler beaucoup d’encre ces derniers mois et qui tenait en haleine beaucoup de Marocains semble être endigué.

 

C’est ce qu’a affirmé le ministre de la Justice Mohamed Aujjar lors d’une réunion de la Commission chargée du suivi du dossier relatif à la spoliation des biens immobiliers. Le ministre a souligné qu’aucune nouvelle affaire de spoliation immobilière n’a été enregistrée depuis le début de la mise en œuvre des décisions et recommandations de la Commission chargée du suivi de ce dossier.

 

Il faut dire que durant plusieurs mois les spoliateurs, profitant d’une faille juridique en référence à la loi n° 39-08, ont semé la panique. Plusieurs Marocains ont été victimes de malfaiteurs qui leur ont dérobés leurs biens. Pétitions, recours au Roi, sit-in…, les victimes ont tout essayé pour faire entendre leur voix et pour que justice soit faite. Un appel qui a fini par être entendu.

 

Rappelons que face à l’ampleur du phénomène et à l’augmentation alarmante des affaires déférées devant les tribunaux, le Roi Mohammed VI avait exigé en janvier 2017 une réponse immédiate. Plusieurs mesures ont alors été prises pour mettre fin à cette pratique qui avait commencé à prendre des dimensions plus qu’alarmantes.

 

Il s’agit des mesures entreprises au plan législatif pour mettre fin à la spoliation des biens immobiliers, notamment la révision de l’article 4 du Code des droits réels en vertu de la loi 69.16, prévoyant la nécessité de fournir une procuration authentique établie par un notaire ou par un avocat compétent.

 

Du chemin reste à parcourir pour la commission anti-spoliation qui se réunit régulièrement au moins une fois tous les six mois pour éradiquer définitivement la spoliation foncière dans notre pays.

 

Malgré les efforts entrepris, nous conseillons à nos clients afin de prévenir la spoliation :

  • Retirer le duplicata du titre foncier. Il s’agit d’un cahier unique indispensable pour inscrire toute modification concernant le bien. Son absence ne permet à personne de céder le bien.
  • S’abonner au service de la conservation foncière en ligne pour recevoir les informations pouvant affecter votre titre foncier.

 

www.eurodefis.com